by licoco licoco Aucun commentaire

content1__0000_19_01-OnatraCOMMUNIQUE No 023/LICOCO/2016

LA DIRECTRICE GENERALE DE LA LIGNE MARITIME CONGOLAISE EST ACCUSEE DE DETOURNEMENT DE LA SOMME DE 26 838 359 USD AU PREJUDICE DE LA SCTP-Ex ONATRA LICOCO-2016

La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption, LICOCO en sigle, a été informée d’un détournement de la somme de 26 838 359 USD par Madame la Directrice Générale de la Ligne Maritime Congolaise, ex-CMZ, au préjudice de la SCTP, exONATRA. En effet, la SCTP a confiée à la Ligne Maritime Congolaise le recouvrement des frais lies au traitement des navires qui accostent aux ports de Boma et Matadi. Il s’avère que la Directrice Générale de la LMC recouvre ces frais mais ne les rétrocède jamais à la SCTP comme convenus dans l’accord liant les deux sociétés. La Directrice Générale de la LMC en collaboration avec la société belge MARINVEST SA basée à Anvers ont mis ensemble un mécanisme suspect pour détourner les fonds de la SCTP qui sont évalué aujourd’hui à plus de 26 millions des dollars US. Le Procureur Général de la République qui a été saisis par la SCTP de ces détournements ne parvient pas à arrêter la Directrice Générale de la LMC alors que les faits sont graves. Les autorités de la SCTP que la LICOCO a contacté ont affirmé que le dossier existe mais n’ont pas voulus donner plus d’informations laissant ainsi à la justice de faire son travail. Les Syndicalistes de la SCTP que nous avions rencontrés s’insurgent contre l’attitude du Procureur Général de la République qui ne parvient pas à appliquer la loi alors que les preuves présentées par la SCTP sont suffisantes pour arrêter la Directrice Générale de la LMC. La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption, LICOCO en sigle, estime que le Procureur Général de la République doit faire appliquer la loi en arrêtant urgemment la Directrice Générale de la LMC pour qu’elle ne puisse pas bloquer les enquêtes encours. Vu les difficultés financières que traversent la SCTP, le recouvrement de ces 26 838 359 USD peut aider la société à financer son plan d’investissement et résoudre aussi les questions des retraites du personnel de l’ex ONATRA. De ces faits, la LICOCO recommande urgemment : 1. AU PROCUREUR GENERAL DE LA REPUBLIQUE – D’arrêter urgemment la Directrice Générale de la LMC 2. AU PREMIER MINISTRE – De demander la révocation immédiate de la Directrice Générale de la LMC et la traduire devant les Cours et Tribunaux ; 3. A LA JUSTICE BELGE – D’ouvrir une action en Justice contre les responsables de la Société MARINVEST Sa pour complicité de blanchiment d’argent Fait à Kinshasa, le 07 Mars 2016 Pour la LICOCO Ernest Mpararo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *